La posture complexe du cadre dirigeant

En préambule je tiens à préciser que la notion de cadre dirigeant, dont nous allons parler ici, reflète celle des grands ensembles, essentiellement les grandes entreprises ou très grandes entreprises. Non pas que les plus petites entreprises ne nous intéressent pas ou ne sont pas concernées, mais simplement nous nous attachons à la forme la plus complexe, celle qui présente le spectre de posture le plus large.


Qu'entend-on par cadre dirigeant ?
Tout d'abord il est important de préciser que l'on s'intéressera ici à la forme de gouvernance et non juridique du cadre dirigeant. Donc par cadre dirigeant on entend un manager de très haut niveau qui occupe les plus hautes fonctions de l'entreprise et qui fait partie du comité de direction voire du comité exécutif s'il y en a un. Outre ses fonctions de manager, il prend part à l'élaboration de la stratégie de l'entreprise et souvent du projet d'entreprise. Ce n'est donc pas seulement un manager de très haut niveau, c'est aussi et surtout un représentant de l'entreprise, de ses valeurs, donc un porteur de son identité. Il existe souvent 3 échelons de dirigeants dans les organisations, le premier niveau est celui de Directeur, le second, Directeur Général Adjoint et le dernier Directeur Général.


Quelles sont les différences entre un cadre supérieur et un cadre dirigeant ?
- Le Cadre supérieur est un manager de haut niveau qui est là, avant tout, pour mettre en application la stratégie élaborée par le comité de direction ou le comité exécutif, et la déployer sur son territoire, alors que le cadre dirigeant prend part à l'élaboration de cette stratégie.
- Deuxième point, la responsabilité du cadre dirigeant est plus importante, notamment sur la représentation de l'entreprise. Il est la figure de proue de l'entreprise et de la direction générale, il doit par conséquent être beaucoup plus vigilant quant à sa communication et à ses actes, car ceux-ci auront une répercussion directe sur l'entreprise et sa perception en interne comme en externe.
- Il est le porteur et le garant du respect des valeurs de l'entreprise. L'identité d'une entreprise tient avant tout par ses valeurs, le cadre dirigeant doit veiller à ce qu'elles soient portées, transmises et respectées en interne comme en externe.
- Il est enfin la clé de voute du respect de la stratégie et de son déploiement. C'est sur lui que repose la responsabilité finale des résultats et de la performance.


Quels sont les qualités attendues d'un cadre dirigeant ?
- Manager : Ce doit être un manager de haut niveau, mais pas seulement un manager des hommes, il doit aussi être un manager des projets et des organisations.
- Communicant : Il doit être un bon communicant. Pas seulement envers l'externe pour l'image de l'entreprise, mais également en interne car il porte les valeurs de l'entreprise et doit fédérer les gens autour de celles-ci.
- Stratégie/Vision : Il doit avoir une vision stratégique et être capable de se projeter dans des concepts novateurs, mais il doit également avoir la capacité de zoomer sur des points plus détaillés pour envisager le déploiement. la fameuse vision hélicoptère.
- Valeurs : Il doit porter et transmettre les valeurs de l'entreprise et être le garant du respect de la culture de l'entreprise. C'est essentiel car il s'agit de l'identité de l'entreprise, il doit donc en être le premier représentant.
- Courage : Il doit être capable de décider avec courage, en acceptant la potentialité d'une erreur. En revanche il doit être capable de rebondir dans toutes les situations.
- Confiance : Il doit faire preuve d'une grande confiance en lui et d'une grande maîtrise émotionnelle. Ce qui ne veut pas dire qu'il ne doit pas montrer ses émotions, mais simplement qu'il ne doit pas tomber dans l'affectif systématique et mesurer ce qui est du domaine professionnel ou personnel. Dans l'émotion rien ne vaut la régularité et la stabilité, surtout pour éviter de transmettre votre stress à vos collaborateurs.
- Charisme : qualité souvent floue ou difficile à expliquer, Mitterrand disait "lorsque je rentre en conseil des ministres, ils éteignent tous leur cigarette... c'est ça le charisme" il y a du vrai, c'est une image qui définit bien le charisme je trouve.
- Créatif : Il doit en permanence être à la recherche de nouveaux modèles, de nouveaux concepts, à aucun moment la routine ne doit s'installer et il doit être en perpétuel mouvement car une entreprise qui s'immobilise est une entreprise qui est en déclin.
- Exemplarité : Voici encore une notion importante, il s'agit d'une posture d'engagement, de loyauté, de respect et de valeur. C'est lui qui donne le ton et doit montrer l'exemple à ses collaborateurs. Les actes sont souvent plus explicites que les mots.


Les écueils que doit éviter le cadre dirigeant : 
- Ne pas s'attacher au court terme : Notamment en période de tensions, trop de cadres dirigeant et de dirigeants s'attachent aux chiffres du quotidien et aux rapports de résultats, le cadre dirigeant doit au contraire s'attacher à voir plus loin pour donner la ligne de conduite. Le quotidien, lui, doit être la préoccupation des cadres exécutifs sous sa direction.
- Ne pas trop se concentrer sur les détails et l'opérationnel : une fois encore, l'évolution vers la posture de cadre dirigeant impose de laisser quelque peu les contraintes du quotidien pour se concentrer sur sa vraie valeur ajoutée et ses vraies missions. Il doit alors faire preuve de confiance envers ses équipes et les préparer et leurs donner les moyens de s'en charger.
- Conserver une vision réaliste de l'entreprise : Pour autant, la stratégie et la vision moyen et long terme ne doivent pas le déconnecter de la réalité du quotidien, c'est donc une posture complexe et un savant réglage des curseurs qui entourent sa mission.
- Ne pas se reposer : Il doit toujours être en mouvement, le plus grand risque pour un cadre dirigeant est de se reposer sur ses acquis parce que "ça fonctionne bien comme ça". C'est dans ces moments là qu'il doit, au contraire, forcer le mouvement et continuer à avancer.
- Fuir l'instabilité émotionnelle : Soyez très vigilant à vos changements de caractère, cela génère beaucoup de stress chez les collaborateurs, il ne faut en aucun cas reporter votre stress et la stabilité émotionnelle est la meilleure réponse.


On remarque donc que la posture du cadre dirigeant est très complexe. En somme c'est un super manager, charismatique, affirmé, confiant, qui aime trouver de nouveaux systèmes, de nouvelles voies, qui est un bon communicant, doué d'une vraie vision stratégique et courageux dans ses prises de position et ses décisions. Toujours tourné vers l'avenir mais avec un regard attentif sur le quotidien. Mais on peut également ajouter qu'il est intéressant qu'il soit un tout petit peu mégalomane, non pas bousculer tout sur son passage, mais pour avoir la juste dose de confiance qui fasse qu'il ne reculera pas devant les premiers obstacles.
Cette posture complexe ne s'obtient pas au bout de quelques années de travail, c'est le fruit de beaucoup d'investissements personnels et professionnels, il faut de vraies compétences, beaucoup d'engagements et de convictions, un soupçon de chance, les bonnes rencontres et encore une fois beaucoup de travail. Car si c'est un investissement pour vous, c'en est un aussi pour votre entreprise qui mise gros sur vous. Elle vous met entre les mains ses plus gros projets et surtout elle a, bien souvent, investi sur vous de longue date.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire