Discrimination dans le football, quand la communication et l'information sont manipulées !

La fameuse affaire de la discrimination dans le petit monde du football et la France est en ébullition.
Ou comment faire pour qu'une réflexion sur une stratégie à envisager lors d'une réunion de travail fermée devienne un buzz national à connotation politique !

Ils sont fort les journalistes pour nous vendre du papier, y'a pas à dire. Sans doute n'avait-il rien de particulier dans l'actualité du moment, en tout cas rien de très croustillant à mettre dans les pages de leurs tabloïds. Les rédac-chefs ont alors du lancer à leurs équipes de rédaction : "votre mission... me dénicher un coup en or !", comprenez un truc qui fait vendre (NDLR)

Et voilà nos journalistes partis à la chasse au scoop. Et l'un d'eux dégote une bande son d'une réunion de travail entre les instances dirigeantes du football Français sur une réunion de travail, c'est déjà un bon départ. Mais un sujet devient vite plus intéressant que les autres. Voici la retranscription de ce qui s'est dit dans ce passage, mis en ligne par Médiapart, entre François Blaquart, Directeur Technique, et Laurent Blanc, Sélectionneur National :

François Blaquart : "Limite-t-on l'entrée des gamins qui peuvent changer de nationalité ? si on le fait, est-ce qu'on le fait sous le coude ? Mais je pense que tout le monde doit être concerné ? Laurent, qu'est-ce que tu en penses ?"

Laurent Blanc : "Moi je suis d'accord, sincèrement ça me dérange beaucoup ce qui se passe dans le football actuellement... Sur le pôle Paris, c'est peut-être la confirmation de ce qui se passe dans le football Français. À mon avis il faut essayer de l'éradiquer. Mais ça n'a aucune connotation raciste ! Mais c'est que lorsque les gens portent le maillot de l'équipe de France des 16 ans, des 17 ans, 18 ans, 19 ans, 20 ans, Espoir et qu'après ils vont jouer dans les équipes Nord-Africaines ou Africaines, ça me dérange énormément. Ça, il faut quand même le limiter, je ne dis pas qu'on va l'éradiquer, mais il faut quand même le limiter"

Voilà le passage audio que Médiapart a diffusé sur son site concernant cette affaire et de titrer : "Laurent Blanc, ce que la ministre ne veut pas entendre". Voici le début de l'article de Médiapart : "La ministre des sports a pris grand soin, mardi, de dédouaner le sélectionneur de l'équipe de France. Selon elle, «aucun fait ne permet de dire que Laurent Blanc cautionnerait des orientations discriminatoires» C'est pourtant tout le contraire qui apparaît à entendre la réunion du 8 novembre 2010. Mediapart a choisi de publier des extraits sonores de cette réunion qui viennent démentir les arguments de Chantal Jouanno."

Woow, attaque en règle de la part du média ! Je trouve cela toujours limite de mettre un extrait audio de quelques secondes, sur une discussion qui a duré plusieurs minutes, en tout cas bien plus longtemps que l'extrait diffusé et d'en tirer une conclusion ferme et définitive !
Si l'on se pose quelques instants et que l'on revient sur ce que dit Laurent Blanc, il n'exprime qu'un vécu, qu'une réalité du quotidien. Alors certes c'est maladroit, certes les propos sont parfois directs et abrupts, mais n'oublions pas qu'il s'agit d'une réunion de travail, pas d'une conférence de presse !
Ce que Laurent Blanc veut exprimer ici, c'est que l'on constate une fuite des enfants ou des adolescents qui ont la double nationalité Française et de pays Africains, une fois leur formation terminée. Cette problématique n'existe pas entre pays Européens, tout simplement parce que les centres de formation se tiennent en terme de qualité. Or les pays Africains ne disposent pas d'infrastructures pouvant offrir, le même confort, la même formation, la même exposition médiatique, le même intérêt pour les sélectionneurs du monde entier que celles des pays Européens. Donc les gamins viennent se former en France, ou dans d'autres pays Européens (mais rappelons que Laurent Blanc est le sélectionneur de l'équipe de France, il parle donc du sujet qui le concerne - NDLR), ils profitent des infrastructures, pendant cette période ils portent le maillot de l'équipe de France pour les matchs internationaux et lorsque la formation est terminée ils se tournent souvent vers le maillot de l'autre pays de leur autre nationalité.
C'est leur droit le plus strict et personne ne leur reproche !
Le problème c'est que ces formations coûtent terriblement cher et que les places qui sont prises par ces enfants, c'est autant de places qui sont refusées à d'autres !
De plus il ne s'agit pas ici d'une simple affaire de gros sous, mais surtout du maillot de l'équipe de France, avec tout ce que cela suppose en terme de symboles, de valeurs et de représentations ! On s'offusque de ne pas voir les joueurs de l'équipe de France chanter la Marseillaise lors de l'hymne national, en quoi l'attitude de ces jeunes qui acceptent de porter le maillot de la France tant qu'ils en ont besoin et lui tournent le dos ensuite est moins choquante ? On parle du maillot de l'équipe de France, pas du maillot d'un sponsor !
Mais bien entendu les journalistes ne vous donnent pas ces explications, parce que sinon l'intérêt de leurs papiers devient tout de suite moins net !
Nous sommes donc ici en présence d'un formidable exercice de manipulation de la communication pour ne pas dire de l'information. Bien entendu cela n'engage que moi...

La leçon à retenir de tout cela, c'est qu'il faut toujours maitriser l'information. "Oui bah on le savait !" me direz-vous, oui mais à tout moment de la chaine !
Sauf qu'ici tout le monde a gardé le silence ou a communiqué de manière partielle, enfin tous ceux qui avaient vraiment des choses intéressantes à dire sur le sujet et qui étaient réellement au cœur de cette conversation.
Il ne faut pas hésiter à faire une conférence de presse pour exprimer son opinion. Tout d'abord assumer le fait que les propos sont maladroits, mais rappeler qu'il s'agit d'une séance de travail, donc on y parle ouvertement, sans préparation, sur l'instant et que ces propos n'étaient pas censés être jetés en pâture aux journalistes. Et enfin d'expliquer le contexte dans lequel ils ont été tenus et surtout ce qu'ils voulaient dire et tout l'historique qui se tenait derrière ces propos afin d'éclaircir le point de vu de l'émetteur !
Lorsque vous lancez une information, gardez-en la maitrise, c'est à dire que vous devez nous donner toute l'information avec son contexte et son historique. Car le contexte peut changer totalement la compréhension que l'on aura de l'information donnée, on en a un parfait exemple ici !
Si vous ne donnez pas à votre auditoire le contexte de l'information offerte, votre auditoire se créera le contexte lui-même. À partir de là vous ne maitriserez plus votre information...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire